Manifeste


Je mets mon énergie au service de la vie

"J'aime ton énergie" : c'est ce que les gens me disent !

Au début, je pensais que cette remarque était anodine, que c'est tout à fait normal d'être enthousiaste et joyeuse,​ que tout le monde dispose de ces ressources et que cela n'a vraiment rien d'exceptionnel.

Mais petit à petit je découvre que ce que je cultive à travers mes dessins, mes chansons, mes sculptures et mes tableaux sont ce que j'ai de plus beau à offrir.

Je veux laisser chaque jour ma joie s'exprimer, passer de l'ombre à la lumière. Je le fais pour que des enfants voient un adulte responsable vivre pleinement sa passion. Je le fais pour encourager d'autres femmes à oser. Je le fais parce que ma flamme éclaire un peu votre chemin. Je le fais pour que nous ayons une influence, ensemble, sur la société.

Je me présente telle que je suis vraiment

Je n'ai pas toujours été comme ça. Je pensais que la vie ferait le boulot et je me suis laissée porter. J'ai travaillé en lien avec ma passion des livres puis je suis devenue ingénieuresse (j'ose le féminin). Je voulais PLUS et pensais que le monde de l'entreprise comblerait mes attentes mais ça n'a pas été le cas. Au contraire, une partie de moi souffrait. Je n'étais pas à ma place. Je n'avais pas affronté ma plus grande peur, je n'étais pas allée vers mon plus grand désir : prendre ma place dans la communauté artistique. Rétrospectivement, ce parcours atypique est une grande richesse. Pour m'accompagner dans ma reconversion, j'ai documenté mes petits pas (en créant des bande dessinées et des tableaux d'inspiration) qui aident les autres. Je raconte mon parcours pour ceux qui ont besoin de mots et d’images pour se révéler. J'aide la société en ne faisant plus partie du problème et en apportant de nouvelles solutions. Si vous vous sentez attirés par mon travail, croyez-moi, c'est que nous avons quelque chose en commun !

Qu'est-ce que je peux faire aujourd'hui dont je serai fière demain ?

Vous connaissez le regret le plus courant des personnes au seuil de la mort ? Avoir trop travaillé ! Moi j'adore travailler mais je veux que cela ait du sens. Je veux construire un avenir sain. En tant que manager, j'ai vu de nombreuses personnes se sentir mal employées. Cela me motive à me rapprocher de mes rêves les plus fous, les seuls qui aient du sens ! Quand je chante, je change la vie de mes auditeurs. J'apporte un peu de joie, de réconfort, de guidance. Quand j'écris, je révèle des choses cachées. Quand je prends position contre le tabac, je crée un monde plus responsable. Quand je dessine, je vous montre le monde sous un jour apaisé. Mes peintures créent de l'énergie, de la couleur, de l'harmonie. Je partage aussi mes idées, mes interrogations, mes combats. Mes prestations collaboratives sont des shoots de fun auxquels je fais participer adultes et enfants. Chaque jour je fais de mon mieux pour éclairer le monde, m'alignant avec la formule de Deepak Chopra : "En allumant notre lumière d'espoir, nous aidons ceux qui nous entourent à allumer leur propre lumière".

J'ai affronté ma plus grande peur

Toquer à la porte des Arts Déco de Paris n'a pas été facile. J'ai dû affronter LA PEUR qui bloquait ma vocation. Puis faire mon premier mur, seule dans la rue, n'a pas été facile. Partir en résidence artistique en Chine n'a pas été facile. Graffer, créer des sculptures géantes, écrire des bandes dessinées autobiographiques, faire un livre à la craie sur les trottoirs, toutes ces choses que j'ai faites qui me faisaient peur, qui prennent du temps, qui me coûtent de l’argent, sont aussi les meilleurs moments de ma vie. Les réalisations dont je suis la plus fière. Derrière nos peurs se cachent nos plus grands désirs. C'est une leçon que tout le monde devrait apprendre !

Je veux travailler avec des gens gentils

Au début, je voulais travailler avec des gens exceptionnels et puis en chemin j'ai décidé que non, que ce qui compte pour moi c'est de travailler avec des gens gentils. J'ai découvert que quand je monte sur un échafaudage pour peindre je me sens à ma place et qu'il y a toujours des gens gentils qui m'encouragent. J'ai découvert que mes émotions sont partagées et que des gens gentils achètent mes tableaux. Que mes chansons touchent votre cœur et qu'un public bien intentionné me soutient. J'ai découvert que j'aime beaucoup les gens et qu'ils me le rendent bien. J'ai décidé que je voulais avancer à mon rythme, en forgeant des amitiés, en respectant mes valeurs et en les partageant jusqu’au bout avec mes clients.

Mon imagination n'a pas de limite et j'essaye de la matérialiser

Lorsque j'ai été "appelée" par un cours d'art mural j'ai pensé que je perdais mon temps. Quand j'ai crée ma première sculpture géante j'ai pensé que j'étais bizarre. Quand je me suis mise à rapper, j'ai pensé que je ne devais pas prendre ça au sérieux. Et pourtant ce sont les plus belles choses que j'ai faites de ma vie ! La Coupe du Monde de football imaginaire, ma préface de Jean-Charles de Castelbajac, mes lettres à Pannini, Leuchturm, Quo Vadis. Ma vitrine avec Repetto, mon babyfoot avec Bonzini. Toutes ces choses que je performe, offre et vend sont les choses qui comptent vraiment. Le temps m'a appris quels sont mes combats : emmener le monde vers un avenir non-fumeur, aider les gens à trouver leur place, aider les femmes à prendre la parole. Faire émerger une société plus inclusive et centrée sur les vrais besoins. Je ne donne de leçons à personne mais je prends ma place et laisse ma vision diriger ma vie. 

Je te transporterai dans un monde qui n'aura de limites que celles de ma propre imagination", ai-je écrit un jour sur une  couverture de carnet. C'est le défi que je mène, avec votre aide.